par Stéphane Mabic, octobre 2017

La situation initiale de l’élevage : Grande Padoue noir et bleu recherchée. La souche principale est déjà travaillée en consanguinité. Les coqs et poules se reproduisent librement, sans sélection sur les jeunes. Un certain nombre de défauts sont à corriger sur l’ensemble de la volière, rendant difficile l’amélioration des caractères. Apport d’une autre souche sans amélioration. Peut-être un manque de vigueur général. Quelques reproducteurs un peu âgés.

Dans la discussion qui suit, j’exclus la possibilité de continuer à travailler en consanguinité uniquement avec la souche actuelle. J’exclus aussi l’hypothèse de trouver une autre souche.

1- Proposition de possibilités d’amélioration des Padoue noir/bleu

3 possibilités

Travailler en grande race avec des couleurs différentes

D’après ce que je comprends de la génétique des couleurs, il est possible de travailler facilement avec lavande, andalou, coucou (sélection en plus puisque le gène est porté par un chromosome sexuel), et blanche. Le blanc de la Padoue blanche est-il dominant ou récessif (à investiguer près d’éleveurs de Padoue ou de juges)? le retour sera plus rapide sur le noir/bleu avec le blanc récessif.

D’après la littérature, j’éviterais de travailler avec les couleurs cuivré et argenté, ramenant davantage de gènes; ce qui risque de ralentir l’obtention de Grande noir/bleu.

tableau gènes de couleur chez la poule

Travailler avec des Padoue naines

avec les couleurs précitées, avec une nette préférence pour des naines Noir/Bleu pour aller plus vite dans la sélection

Travailler avec des poules d’une autre race

Le type se rapproche de la Padoue : Forme de corps de la poule, ergots, présence de huppe, … (Appenzelloise, Houdan, …). Un peu plus risqué de prime abord, mais faisable. Cela se fait assez régulièrement en pigeon et la forme du pigeon de départ est souvent bien retrouvée dès la génération F2. Sélectionner une race dont les gènes de couleur sont aussi assez proches pour ne pas partir dans un programme trop long pour réussir à revenir sur des Grande Padoue noir.

Les cas 1 et 2 sont décrits en terme de mixage de gènes. Dans les deux cas, la génération F1 est un croisement de deux parents venant de deux souches différentes.

Ensuite, F2 sera, dans tous les cas, obtenu en consanguinité.

Je ne vais pas faire de différence entre noir et bleu. Tout sera décrit avec le gène Bl/Bl noir. Il est assez facile de sélectionner l’un ou l’autre à un moment donné.

2- Petit rappel sur les possibilités de résultat dans les croisements de gènes

Si un allèle est dominant, on est dans le schéma suivant (gène porté par un chromosome non sexuel)

F1 tous identiques pour le gène (½ père ½ mère)

Seconde génération F2 obtenue par F1 x F1. 75% phénotype allèle dominant (25 % comme le parent porteur de l’allèle dominant, et 50% comme F1 – ½ père ½ mère). 25% génotype allèle récessif.

Si les allèles sont co-dominants, ce qui semble être le cas pour le gène du nanisme dw, on est dans la situation suivante. En F1, tous les individus sont de taille moyenne.

En F2 obtenu par F1 x F1, on obtient 25 % de naine, 25% de grande, 50% de taille moyenne.

3- Discussion de schémas de consanguinité

A la suite du croisement des parents de souches différentes, la génération F1 est obtenue, porteuse de 50% de l’allèle du père et 50% de l’allèle de la mère pour chaque gène (exception faite des gènes portés par les chromosomes sexuels).

Deux possibilités à ce moment : (F1 x F1) ou (parent x F1). Quel sont les résultats au niveau génétique ? et comment se servir de ces résultats pour choisir une option ou l’autre?

Pour la discussion, nous considérons une souche noire et une souche de couleur a (a = lavande ou andalou ou blanc récessif)

– Croiser F1 x F1

Le croisement F1 x F1 permet donc d’obtenir

75% grande noir   0,75    
dont 25% comme le père pour le gène noir   0,19 grande noir type père
  50% 50/50 père/mère pour le gène noir   0,38 grande noir type 50/50 père/mere
  25% comme la mère pour le gène noir   0,19 grande noir type mère
25% couleur gene a   0,25 0,25  

Le premier point notable est que l’on va récupérer des sujets F2 identiques à chacun des deux parents pour ce gène. Cela va permettre d’essayer de corriger les défauts dus aux autres gènes grâce au parent bon pour ces gènes.  Exemple le père Grande Noir à des problèmes de forme. La mère Grande Lavande est bonne en forme. Il est possible avec ce schéma d’obtenir des sujets Grande Noir avec des caractères proches de la mère d’origine.

Deuxième point notable, on retrouve des sujets identiques aux parents pour ce gène au bout de la deuxième génération.

Troisième point important, un seul mâle et une seule femelle ont été utilisées au départ, ce qui peut être intéressant lorsque les « bons » sujets de départ sont difficiles à trouver.

Dernier point, un petit nombre d’individus permet de revenir sur les gènes de départ, ce qui permet de conserver une taille d’élevage plus réduite par rapport à d’autres schémas de sélection.

– Croiser F1 x parent (mère x fils ou père x fille)

Ce croisement F1 par le parent permet d’obtenir

25% grande noir type père
25 % grande noir type 50/50 père/mère
25 % grande couleur gene a type père
25 % grande couleur gene a type 50/50 père/mère

Quelques points : on revient sur le gène d’origine d’un des parents en deux générations. Croiser mère x fils permet de revenir sur le gène d’origine de la mère. Pour revenir sur le gène d’origine des deux parents il faut donc croiser en parallèle mère x fils et père x fille. En reprenant l’exemple précédent, père Grande noir avec un défaut de forme croisé avec mère Grande lavande bonne en forme : il n’est pas possible d’intégrer le caractère bonne forme de la mère en croisant le père avec sa fille. Il faut nécessairement utiliser la mère avec un de ces fils. Deux impacts : cela peut réduire les possibilités au moment de la sélection des F1, et la proportion de « Noir » par rapport à la « couleur gène a » sera réduite, allongeant le nombre de générations nécessaire pour produire de la Grande Noir pure.

4- Application à Grande Noir x Grande couleur

Gène lavande, andalou, blanc récessif, ou coucou (sélection M/F en plus pour ce gène)

Grande noir E/E Bl/Bl a+/a+ x E/E Bl/Bl a/a Lavande,andalou, coucou, blanc recessif
F1 E/E Bl/Bl a+/a 100% Grande noir      
F1 x F1 E/E Bl/Bl a+/a x E/E Bl/Bl a+/a  
F2 E/E Bl/Bl a/a       1/4 aa (lavande, andalou, blanc recessif, coucou)
E/E Bl/Bl a+/a+       1/4 noir pure
E/E Bl/Bl a+/a         1/2 noir heterozygote sur gene A

On récupère la couleur noire rapidement, en incorporant les caractères de la poule de couleur.

Cas du gène Blanc dominant (de nouveau, essayez de savoir si les Padoue Blanc sont issues du gène blanc récessif ou blanc dominant).

Blanc dominant                
Grande noir E/E Bl/Bl i+/i+ x E/E Bl/Bl I/I Grande blanc
F1 E/E Bl/Bl I/i+ 100 % blanc        
F1 x F1 E/E Bl/Bl I/i+ x E/E Bl/Bl I/i+  
F2 E/E Bl/Bl i+/i+         1/4 Grande noir
  E/E Bl/Bl I/i+         1/2 Grande blanc porteur noir
  E/E Bl/Bl I/I         1/4 Grande blanc

Dans ce cas, vous perdez 75% des F2. Cependant, d’un côté positif, vous savez que tous les Grande noir sont homozygotes (pur) pour noir et que vous n’allez pas transporter des gènes récesssifs d’autres couleurs sans vous en rendre compte.

En conclusion, partir des couleurs qui se déclinent à partir de E/E devrait être assez simple et permettre de se focaliser sur les caractères (type, huppe, ergot, ligne de dos, ….) s’en trop se préoccuper de retomber sur du noir (ou bleu).

L’avantage dans ce travail à partir de Grande noir et Grande couleur est que les bons sujets (type, forme, couleur, caractères spécifiques, …) intermédiaires (F1), et les F2 non désirés en couleur peuvent être exposés ou vendus.

5- Application à Grande Noir x Naine noir

Grande noir E/E Bl/Bl dw+/dw+ x E/E Bl/Bl dw/dw naine noir
F1 E/E Bl/Bl dw+/dw         100% moyenne taille
F1 x F1 E/E Bl/Bl dw+/dw x E/E Bl/Bl dw+/dw  
F2 E/E Bl/Bl dw+/dw+         1/4 grande
E/E Bl/Bl dw+/dw         1/2 moyenne
E/E Bl/Bl dw/dw         1/4 naine

Dans ce cas, 75% des sujets à dégager en F2 (à moins de vendre/exposer les 25% de naine). 25% des sujets Grande noir en F2 dont certains vont incorporer les « bons » caractères de la naine sélectionnée. Cette combinaison semble assez attractive, puisqu’elle permet de rester dans la couleur et devrait permettre d’améliorer le type/caractères rapidement. En plus, au niveau disponibilité des sujets, il devrait être possible de trouver de bons sujets Naine noir.

On peut aussi regarder ce que donne le résultat en partant de Naine couleur (couleur étant de nouveau restreint à lavande, andalou, coucou, blanc récessif.

Il est assez clair que la proportion de Grande noir en F2 est beaucoup plus restreinte. Cela amène à élever beaucoup plus d’animaux (4 fois plus) pour avoir une population de bons sujets. Par expérience, je dirais qu’en partant de bons sujets, on obtient entre 20-50% de sujets exposables (maximum), et seulement 5-10% que l’on garde pour reproduire. Donc, pour avoir 3-5 bons sujets Grande noir, il faut faire éclore en F2 un minimum de 60-80 sujets.

6- Stratégie d’accouplement

La difficulté principale dans le travail en consanguinité est l’impact sur les caractères tels que la fécondité, l’éclosion, la mortalité des jeunes, la vitalité, la résistance aux maladies.

L’idée de partir de deux souches complètement différentes au départ devrait permettre d’alléger les problèmes pré-cités.

Il faut isoler le coq et la poule dont on souhaite garder les F1.

Pour les F1, en principe, « théoriquement », mélange de gènes identiques pour tous. En pratique, il sera critique de très bien sélectionner les F1 qui ne seront pas tous pareils.

Au moment de l’accouplement des F1, je pense qu’il sera possible de faire des trio (puisque, de nouveau, tous devrait avoir le même patrimoine génétique). Cela permettra d’augmenter la production et les chances d’avoir de bons sujets. Il pourrait être intéressant d’avoir l’avis d’autres éleveurs et de juges pour bien sélectionner les 5-6 sujets qui vont déterminer toutes la descendance.

Un schéma possible sur 3 générations est le suivant.

Partir de deux couples si possible. Dans l’exemple vous sélectionnez  un coq et une poule de votre élevage et vous faites l’acquisition de un coq et une poule très bons en type (super important) pour corriger les caractères défaillants de votre élevage. Cela peut être des naines noir/bleu ou des Grandes dans les couleurs discutées.

Le nombre de jeunes (en F1 et en F2) est le minimum – le double serait certainement mieux.

Note

Le choix du schéma de travail en consanguinité serait différent pour « l’absorption » d’un caractère unique dans une souche déjà bien établie pour le reste des caractères. Dans ce cas, il serait intéressant de revenir plus sur les parents/grands-parents. Le croisement F1 x parent pourrait devenir très intéressant.